B26 Marauder

B26 Marauder                                              

Historique :

Le 18 aout 1944, les formations de B26 Marauder ont pour mission le bombardement de diverses positions d’artilleries sur les presqu’iles de St-Mandrier.

Cette opération ANVIL/DRAGOON à pour but de préparer le débarquement du 15 aout sur les côtes de Provence.

Ces positions protègent la rade de Toulon des attaques navales venant du large.

L’élément principal est constitué de la batterie lourde de marine de CEPET armée de deux tourelles doubles de 340mm en mesures de tirer à 35 km entre La Ciotat et le Lavandou.

A 9h50 décollent 14 B26 du 17eme BG pour le bombardement de position d’artillerie à St-Mandrier, à 11h42, 24 bombes sont larguées, les appareils sont de retour à leur base à 13h20.

Un appareil est touché par la FLAK, au moment du largage de ses bombes, les deux moteurs en feu, il s’écrase en mer au sud du cap SICIE, 5 parachutes sont vus dans le ciel.

Il s’agit du B26, série 42-107736 du 17eme BG qui a été vu pour la dernière fois au sud du cap sicié.

Description :                                                                                                                                                                                     

Type d’épave : Bombardier bi-moteur, fabriqué par MARTIN (USA)

Année de construction : 25 Novembre 1940 (la France s’équipe  de B26 en 1943)

Motorisation: 2 moteurs PRATT & WHITNEY ,1417cv

Dimensions: Envergure 21,12m, longueur 17,75m, hauteur 6,75m

Armement: 12 mitrailleuses de 12,7mm, 1814 kg de bombes

L’épave comprend des morceaux de l’avion, ses deux moteurs, le fuselage de l’avion et le train d’atterrissage avant en bon état, éparpillés sur une zone de 15m à la ronde à une profondeur de 48m à 55m

Type de Plongée : Epave Avion

Profondeur : 42 à 55mètres

Niveau 3 minimum

Temps de Navigation : 15 minutes                                            

Faunes et Flores : Plongée très exposée au vent et au courant. L’épave comprend divers morceaux éparpillés posés sur un fond de sable.

On peut y retrouver la faune et la flore classique des épaves.

Il faut reconstituer dans sa tête le puzzle pour se donner une idée de l’épave (super test de nacrose)